Drapeau du Brésil

Dans cet article vous trouverez un drapeau du Brésil, ce dernier est présenté sous plusieurs formes. Une partie de l’article présente des drapeaux libres de droit, donc à utiliser gratuitement. Pour les autres, une indication vous expliquera où obtenir les différents droits d’auteurs pour les utiliser.

Drapeau du Brésil
Drapeau du Brésil – Droits d’auteur

Drapeau du Brésil libre de droit

Voici le drapeau du Brésil sous plus plusieurs formes, les images sont libres de droit.

Brésil drapeau
Brésil drapeau – Droits d’auteur
Autre drapeau du Brésil
Autre drapeau du Brésil
Drapeau en forme de bandeau du Brésil
Drapeau en forme de bandeau du Brésil – Crédit : aranjuezmedina / Freepik
Drapeau rond du Brésil
Drapeau rond du Brésil – Crédit : Freepik
Drapeau joli du Brésil
Drapeau joli du Brésil – Crédit : aranjuezmedina / Freepik
Drapeau du Brésil en forme de pays
Drapeau du Brésil en forme de pays – Crédit : aranjuezmedina / Freepik

Qu’est qu’un drapeau ?

Un drapeau peut être reconnu comme un « symbole » d’appartenance, il permet où que vous soyez dans le monde, de savoir d’où vous venez sans même avoir besoin de vous poser la question. Mais il est souvent bien plus qu’un simple emblème. Pour un pays, c’est souvent un signe unique car il montre la constitutionnalité de ce dernier et on comprend à travers ce dernier les principes qu’il véhicule.

Le drapeau exprime aussi la valeur de quelque chose ou de quelqu’un. Il est la représentation concrète d’une perception ou d’une idéologie. C’est aussi le résultat de nombreuses années de travail et de combat mais surtout une grande récompense de tous les efforts et de tout le mal que chaque personne s’est donnée pour mériter cette victoire. Dans cet article, il s’agit donc du drapeau du Brésil.

En savoir plus sur le Brésil

Voici quelques infos complémentaire au drapeau du Brésil. Avant la découverte du Brésil par les Portugais, le pays abritait plus de 4 millions d’indigènes. Ces peuples formaient deux groupes raciaux et culturels distincts. Les Paléo- Américains présentaient de nombreuses similitudes avec les Indiens des grandes plaines de l’Amérique du Nord et peuplaient les régions les plus arides et les plus froides. Ces tribus vivaient essentiellement de la cueillette et de la chasse.

D’autres tribus avait préféré s’établir dans les forêts tropicales et, en particulier, dans les jungles amazoniennes ainsi que sur le littoral de l’Océan Atlantique. Elles vivaient dans des villages qui pouvaient regrouper jusqu’à 3 000 habitants. Il s’agissait de pêcheurs et de fermiers expérimentés qui fabriquaient également des pirogues, des hamacs, des radeaux de balsa, des armes leur permettant de chasser et de guerroyer. Elles réalisaient également des poteries d’une grande finesse. Leur régime alimentaire était surtout basé sur le manioc qui constitue, de nos jours encore, la base du régime alimentaire des Brésiliens.

Ces tribus qui vivaient dans la forêt tropicale et exploitaient les terres plus fertiles et les plus accessibles du pays ont malheureusement été victimes de la colonisation des terres par les Européens. Elles ont été exterminées sans merci au cours de guerres sanglantes, décimées par les maladies et réduites en esclavage. Seules les tribus Paléo-Américaines les plus farouches et les plus isolées ont réussi à survivre pendant plusieurs siècles. Actuellement, quelques rares tribus continuent de vivre dans les zones les plus reculées de la forêt amazonienne. Bien que les Indiens aient presque totalement disparus du pays, une grande majorité des habitants, surtout dans l’intérieur du Brésil, ont des ancêtres indiens.

Les Portugais ont rapidement compris que les esclaves indiens ne constituaient qu’une main d’oeuvre rétive et difficile à contrôler. Aussi ont-ils commencé en 1538 à faire venir des esclaves d’Afrique afin de les faire travailler dans les plantations de cannes à sucre situées dans les régions côtières. Ils ont ensuite envoyé ces esclaves dans les mines d’or et de diamants de Minas Gerais ainsi que dans les plantations de café situées dans les hautes terres montagneuses de Rio de Janeiro.

En 1822, après l’abolition de l’esclavage, on estime que le pays comptait approximativement 4 millions d’Africains. Ces derniers étaient, par une étrange coïncidence, aussi nombreux que les Indiens qui peuplaient à l’origine le Brésil. Actuellement, la majorité de la population brésilienne est constituée de Noirs et de mulâtres.

Au début du XIXe siècle, l’immigration non-portugaise était peu importante mais après l’émancipation des esclaves, en 1858, le Brésil a commencé à attirer de nombreux Européens. On estime qu’ils ont été près de 200 000 à immigrer chaque année au Brésil jusqu’à la Première Guerre Mondiale.

La moitié d’entre eux étaient originaires d’Italie du Sud et se sont installés dans les plantations de café qui venaient d’être mises en place dans région de Sao Paulo. Après la guerre, l’immigration devint encore plus importante. La plupart des immigrés venaient alors d’Allemagne, d’Europe de l’Est et du Japon. La grande période de dépression économique des années 30, la Deuxième Guerre Mondiale et la mise en place de quotas plus sévères ont ensuite contribué à ralentir l’immigration. Après la Deuxième Guerre Mondiale, celle-ci a connu un essor de courte durée avant de diminuer une fois de plus.