Carte du Salvador

Dans cet article vous trouverez une carte du Salvador. Le pays est le plus petit mais le plus densément peuplé des états de l’Amérique centrale, ce qui explique en partie la très grande pauvreté de ses habitants. Contrairement aux nations voisines, il n’est ouvert que sur l’Océan Pacifique.

– Carte géographique
– Carte des régions
– Carte des villes
– Carte touristique
Carte du Salvador
Carte du Salvador- Crédit Geoatlas.fr

Il s’étend vers l’ouest sur 241 kilomètres à partir du golfe de Fonseca jusqu’à la frontière du Guatemala. La frontière montagneuse du Honduras se trouve à peine à 97 kilomètres du littoral Pacifique du Salvador. En raison de sa petite superficie de 21 040 kilomètres carrés, le Salvador ne dispose que de ressources naturelles très limitées.

Salvador carte
Salvador carte- Crédit Nations Online

Géographie avec la carte du Salvador

Entre le littoral et la frontière du Honduras, le relief du Salvador est particulièrement contrasté. L’étroite plaine côtière qui longe le Pacifique ne mesure que 16 à 19 kilomètres de large. Elle est entrecoupée par deux chaînes volcaniques parallèles séparée par une vallée intérieure. Entre la frontière hondurienne et la vallée intérieure, s’étend un vaste plateau soumis à une érosion intensive. A l’exception des quelques sommets volcaniques qui culminent à 2 134 mètres d’altitude à proximité de la frontière hondurienne, l’altitude moyenne du reste du territoire tourne autour de 1 524 mètres. Vous pouvez découvrir ces reliefs sur la carte du Salvador.

Carte administrative du Salvador
Carte administrative du Salvador- Crédit Geoatlas.fr

Le Rio Lempa, l’une des principales sources d’hydroélectricité du pays, draine le nord-ouest du territoire. Il coule vers le sud et traverse la vallée intérieure, la chaîne de montagnes et la plaine côtière avant de se jeter dans le Pacifique.

Les variations de températures et de précipitations sont peu importantes en raison de la petite superficie du pays et de l’absence de hauts sommets montagneux. Les précipitations sont généralement peu abondantes et interviennent surtout en été. La pluviométrie annuelle oscille, en moyenne, entre 152 et 216 centimètres et 90% des précipitations sont enregistrées entre mai et octobre.

Carte routière du Salvador
Carte routière du Salvador- Crédit Geoatlas.fr

San Salvador, la capitale (voir la carte du Salvador), se trouve à 680 mètres d’altitude et les températures moyennes annuelles descendent rarement en-dessous de 23°C. La plaine côtière, bénéficie, quant à elle, d’un climat légèrement plus chaud.

Carte du relief du Salvador
Carte du relief du Salvador- Crédit Wikipedia

Le Salvador a été dévasté par plusieurs catastrophes naturelles au cours de ces dernières années. La capitale a été ravagée par des tremblements de terre à de nombreuses reprises. Les plus sévères éruptions du Boqueron sont intervenues en 1917. Les ouragans sont relativement rares mais les périodes de sécheresse sont fréquentes et ruinent les récoltes.

Population

A l’arrivée des Espagnols, le pays était peuplé par de nombreuses tribus indiennes. Peu de temps après sa découverte, le Salvador a rapidement été colonisé par l’Espagne. De nos jours, les Indiens représentent moins de 5% de la population.

La population du Salvador est passée de 800 000 habitants, en 1900, à 1.6 millions d’habitants dans les années 40 avant d’atteindre 6, 3 millions en 2016. La densité de peuplement atteint 249 personnes par kilomètre carré.

Elle est donc trois fois et demi plus élevée que celle du Guatemala et 10 fois plus importante que celle des autres états d’Amérique centrale. De nombreux Salvadoriens ont donc préféré émigrer dans des régions moins peuplées.

Carte des villes du Salvador
Carte des villes du Salvador

La population urbaine et la population rurale sont presque équivalentes. Les zones les plus peuplées se trouvent dans la vallée intérieure et dans la chaîne volcanique. Les trois villes principales du Salvador (Salvador, Santa Ana, et San Miguel) se trouvent dans les bassins situés au pied des volcans. Vous les trouverez sur la carte du Salvador sur les villes.

Economie

Le café a représenté le principal pilier de l’économie salvadorienne pendant plus d’un siècle. Ce secteur employait alors la majeure partie des actifs. Il a financé la construction des autoroutes, des voies ferrées et des sites portuaires. De nombreuses exploitations agricoles se sont alors reconverties dans cette culture très rentable et les propriétaires des grandes plantations ont fini par constituer l’aristocratie du Salvador. La prospérité engendrée par la culture du café a eu d’indéniables répercussions sur la culture et la vie politique salvadorienne.

Peu après son introduction au Salvador à la fin des années 1850, la culture du café s’est répandue dans les régions volcaniques. Dès 1870, les exportations de café ont réussi à dominer les exportations salvadoriennes, devant l’indigo. Entre 1900 et 1940, le café représentait en effet entre 90% et 75% des exportations totales. Après la seconde guerre mondiale, de nombreux pâturages et plusieurs zones forestières ont été défrichés afin de permettre la mise en place de plantations de coton. La production de sucre destinée à l’exportation a, en outre, considérablement augmenté dans les années 60.

Carte vierge du Salvador

Le développement de l’agriculture commerciale est pénalisé par la petite superficie du pays. En effet, les agriculteurs qui pratiquent une agriculture vivrière représentent 40% de la population et ne disposent pas de terres susceptibles d’être consacrées à une agriculture commerciale (maïs, haricots, sorgho).

Le développement de l’industrie a été favorisé par la présence d’une main d’oeuvre qualifiée mais aussi par la situation géographique favorable du pays. Le secteur industriel s’est considérablement développé dans les années 60, après la création du Marché Commun d’Amérique centrale et repose essentiellement sur les usines textiles et pharmaceutiques ainsi que sur les usines spécialisées dans la fabrication de produits alimentaires, de chaussures et de vêtements. Cette croissance s’est cependant ralentie dans les années 70 pendant le conflit opposant le Salvador au Honduras.

Salvador sur une carte de l'Amérique
Salvador sur une carte de l’Amérique- Crédit Wikipedia

Les ressources minières du Salvador sont très limitées en raison de la prédominance des sols d’origine volcanique. Le pays possède néanmoins quelques gisements d’argent mais le sous-sol ne recèle aucun gisement de pétrole et de charbon. L’essentiel de l’électricité provient donc des barrages construits sur le Rio Lempa. Le Salvador est, par ailleurs, le premier état d’Amérique centrale à avoir investi dans le développement et l’exploitation de son potentiel géothermique.

La sylviculture est peu importante car les forêts sont peu étendues. L’industrie de la pêche est peu développée et se concentre dans le golfe de Fonseca.

Importations et exportations

Les exportations ont considérablement augmenté depuis la seconde guerre mondiale et ont largement bénéficié du développement rapide de la culture du coton et de la canne à sucre. Le café continue néanmoins de représenter près d’un quart des exportations totales. Le Salvador exporte essentiellement sa production agricole vers l’Europe, les Etats-Unis et le Japon. Les exportations de produits manufacturés sont en revanche largement destinées aux autres pays d’Amérique centrale.

Salvador sur une carte du monde
Salvador sur une carte du monde

Les principales importations du Salvador proviennent des Etats-Unis, d’Amérique centrale, d’Europe et du Venezuela. Il s’agit surtout de pétrole, de textiles, de produits alimentaires, de machines et d’équipements de transport.

Le relief du pays a posé peu de problème (on peut le remarquer sur la carte du Salvador) lors de la mise en place des principaux axes de communication. Le Salvador peut donc s’enorgueillir de posséder les meilleures infrastructures routières et ferroviaire de toute l’Amérique centrale. La construction des voies ferrées a commencé en 1880 afin de permettre le transport des récoltes de café jusqu’aux ports d’Acajutla et de La Union. Par la suite, elles ont été prolongées jusqu’au littoral du Guatemala longeant la mer des Antilles afin de faciliter l’exportation de la production vers les Etats-Unis et l’Europe. Une autoroute relie, par ailleurs, la vallée intérieure au littoral et aux principaux sites portuaires.

 

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.